Participation du public par voie électronique relative à l’actualisation de l’étude d’impact du projet de la ZAC « Village Olympique et Paralympique » au titre de la demande de Permis d’aménager des espaces publics
  1. Vous retrouvez sur cette page l'ensemble des observations déposées sur le registre électronique.

    Les propos à caractère manifestement illicite ont été rendus inaccessibles conformément à la loi n° 2004-575 du 21 juin 2004 pour la confiance dans l'économie numérique. Ils sont signalés par la mention « Cette observation a été modérée ».

    Ces observations n'ont été ni altérées ni supprimées et elles ont été transmises dans leur intégralité aux garants CNDP.

    Vous disposez d'un module de recherche. Indiquez le mot recherché dans le texte des observations ou cliquez sur la date de dépôt recherchée.

    Conformément à la loi du 21 juin 2004 citée ci-dessus, vous avez la possibilité de nous signaler tout propos qui vous paraitrait manifestement illicite afin que nous le rendions inaccessible le plus rapidement possible, le cas échéant.
    1. 1
    2.  2
    3.  3
    4.  4
    5.  5
    6.  6
    7.  7
    8.  8
    9.  9
    10.  10
    11.  11
    12.  >
    13.  >>
    80
    Déposée le 18/09/2020
    Réponse fournie
    Concernant la reconstruction du foyer ADEF, nous comprenons la construction intellectuelle permettant à la SOLIDEO de se soustraire à sa responsabilité dans l'expulsion et le relogement des résidants du foyer en la faisant apparaître comme une procédure normale externe aux Jeux Olympiques.

    Nous comprenons cette démarche, elle n'en reste pas moins grossière et peu en ligne avec la charte morale des JO.

    Il reste par ailleurs la question des personnes que l'on appelle pudiquement les "surnuméraires" du foyer, c'est a dire les personnes vivant dans le foyer sans bail officiel.
    Le décompte mené par les résidents à la demande de certaines association semble amener le compte de ces personnes à environ 280.
    40 personnes sont en possession de papiers et la plupart d'entre eux seront apparemment relogés officiellement dans le cadre de la destruction du foyer pour la construction du village des jeux olympiques.

    Les 240 autres sont semble-t'il des personnes sans papier dont il n'est fait mention nulle part.

    Pouvez-vous nous expliquer ce qui a été prévu pour le relogement de ces personnes lorsque le foyer sera détruit pour faire place aux Jeux Olympiques (et leur charte sociale) ?

    Cordialement,
    79
    Déposée le 18/09/2020
    Réponse fournie
    Tout d'abord, permettez-nous de vous remercier pour les réponses, même partielles qui ont été apportées à nos remarques précédentes.
    Toutefois, comme l'ont signalés les garants lors de la PPVE précédente, les habitants font montre d'une application et d'une régularité dans leurs questions qui appellent des réponses plus précises et mieux circonstanciées.

    Vous noterez notamment que nous accompagnons nos questions de référence à des documents permettant de justifier nos propos, nous souhaiterions, s'il vous plait, que vous en fassiez de même et que vous produisiez les documents justificatifs de vos réponses (ex: liste des parcelles qui ont été envisagées, justification de la disparition des 3000m2 d'emprise, etc...).

    Nous nous efforçons de numéroter nos questions, afin qu'aucune ne soit laissée sans réponse, pourriez-vous s'il vous plait apporter une réponse à chacune d'entre-elle en conservant la numérotation initiale afin d'une part de faciliter la lecture de la réponse pour tout le monde, et afin d'autre part de s'assurer qu'à toute les questions ont été apportée une réponse complète et satisfaisante.

    Permettez-nous dans ces conditions de reposer nos questions dans leur intégralité.

    A) Nécessité du relogement

    Pour rappel, les résidents ont exprimé publiquement , et ce dès la réunion d'information organisée par la SOLIDEO au collège Dora Maar le 11 mars 2019, leur attachement à ce quartier, et leur demande d'être relogés sur place.

    A.1) Pouvez-vous expliquer en quoi la destruction du foyer ADEF était nécessaire au projet du Village Olympique ?

    A.2) Le plan de masse du VO, visible en page 18 du document 3.0 du dossier de la PPVE, et joint pour rappel à cette remarque, montre que la parcelle connexe au foyer ADEF, où sont situés des locaux d'entreprise (0C239, 0C240), a été miraculeusement contournée lors du dessin de l'emprise du village.
    Il est vraisemblable que ce contournement, formant une enclave évidente dans le plan de masse du VO, a été motivé soit par une impossibilité impérieuse d'inclure la parcelle dans l'emprise du VO, soit parce que le reste de l'emprise du VO était suffisant sans inclure cette parcelle. Pouvez-vous nous donner les raisons précises qui ont motivé ce contournement ad-hoc ?

    A.3) L'emprise au sol couverte par le foyer étant de l'ordre de grandeur de la taille de cette parcelle voisine, a t'il été envisagé de procéder à l'inclusion de cette parcelle dans le village, plutôt que celle du foyer ?
    Cette solution permettait de procéder à la réfection du foyer in-situ, telle qu'elle était prévue de longue date. A la lecture de la charte des JOP 2024, et au regard du coût social afférent à l'expulsion de la population du foyer, il semblerait que cette solution aurait du être privillègiée.

    A.4) Le même plan de masse indique que l'emprise du foyer sera destinée au résidentiel pendant les JO. Cela signifie que les bâtiments construits en lieu et place du foyer seront destinés à l'hébergement des athlètes et des encadrants. Nous sommes nombreux à avoir remarqué la similarité entre les besoins résidentiels d'un athlète en déplacement et ceux d'un travailleur isolé. Il nous semble également que les éventuelles différences peuvent être anticipées afin d'autoriser une réversibilité très rapide, au moins pour une partie des résidents.?Nous sommes sûrs que lorsque les résidents vous ont fait par de leur désir profond de revenir sur place, il y a maintenant un an, vous avez envisagé cette possibilité, et mené des études dans cette direction. Pourriez-vous nous les communiquer, ou à défaut nous en faire un résumé s'il vous plait ?

    B) Choix des parcelles

    B.1) Le foyer ADEF est actuellement situé sur une parcelle d'environ 6000m2. Les deux parcelles qui accueilleraient les 2 résidence de remplacement feraient, semblerait-il, 1000m2 chacune.
    D'après notre compréhension, le cout de la construction des deux résidences serait couvert par le Plan de Transformation des Foyers.
    Dans la mesure ou les terrains d'assiette des projets et du foyer se situent tous dans des quartiers périphériques de Saint-Ouen, et donc avec des valeurs foncières équivalentes, pourriez vous nous expliquer pourquoi la surface totale occupée par le foyer n'est pas strictement reportée lors de son déménagement ?

    B.2) Il y a, à 300m de l'emprise Landy-Séverine, énormément de friches inutilisés, au sein ou aux abords de la future ZAC Pleyel. Saint-Ouen est littéralement sur le trottoir d'en face, et ces parcelles dont certaines semblent appartenir à l'état, son d'une taille qui permettrait de conserver la surface de la parcelle du foyer actuel, et donc de garantir des espaces extérieurs comparables. Ces parcelles se trouvent à maximum 350m de la future gare Pleyel qui doit être livrée pour les JOP 2024.
    Pouvez-vous nous dire quelles recherches ont été faites pour trouver une parcelle aux abords de la ZAC Pleyel ?
    Pouvez-vous nous dire également pourquoi des parcelles d'une surface cumulées identiques au foyer actuel n'ont été proposée alors que manifestement des terrains appartenant à l'état étaient disponibles ?

    C) Insertion des résidences proposées dans leur nouveau quartier

    C.1) Dans la mesure ou l'expulsion des résidents du foyer ADEF est une conséquence directe de la construction du Village Olympique, pourquoi les quartiers qui accueilleront les nouvelles résidences n'ont-ils pas fait l'objet d'une concertation locale ?

    C.2) A titre d'illustration, d'après les informations dont nous disposons, la résidence qui devrait être construite rue du Landy devrait contenir un local commercial occupé par un loueur de voiture. Ce quartier compte déjà 2 loueurs de voiture majeurs dont le stock de véhicules déborde déjà de façon majeure sur l'espace public. Nous vous incitons à utiliser G. Street View pour visionner les rues Utrillo, Landy, ou Séverine pour constater par vous-même la présence massive des véhicules de location dans les rues.

    Nous en venons à nos questions :
    - C.2.1) Confirmez-vous que le commerce sera occupé par un loueur de voiture ?
    - C.2.2) Combien de places de parking ont-elles été prévues pour le commerce sous la résidence ?
    - C.2.3) Avez-vous informé les résidents de la nature du commerce qui sera installé dans la résidence ?

    C.3) A notre connaissance, les résidences envisagées pour accueillir les habitants du foyer ADEF expulsés ne possèderont ni espaces communs de rencontre informelle, ni espaces verts librement accessibles, contrairement au foyer actuel qui en est richement pourvu. En avez-vous informé les résidents du foyer ADEF ?

    D) Echelles temporelles

    Les résidents du foyer ADEF vont devoir habiter dans des logements modulaires lorsque le foyer sera détruit, et en attendant que les résidences soient construites. Cela nous amène à poser quelques questions sur les échelles temporelles dans les prises de décision.

    D.1) Une rénovation du foyer était prévue de longue date. A-t'elle été bloquée en prévision de la victoire de la candidature de Paris pour l'organisation des JO 2024, comme certains l'affirment ?
    D.2) A quelle date a-t'il était établi que le foyer devait être détruit ?
    D.3) Le vote du CIO pour les JO à Paris ayant eu lieu le 13 septembre 2017, et alors que l'emprise du Village Olympique était sans doute déjà bien établie, pouvez-vous nous faire part des difficultés qui ont empêché une solution de relogement temporaire en dur soit trouvée pour les résidents sur le territoire de plaine commune pendant les 30 mois qui se sont écoulés ?
    D.4) D'apres la presse (2), les permis de construire des résidences étaient déjà déposés lorsque la réunion entre la SOLIDEO a eu lieu le 2 décembre 2019. Confirmez-vous ?
    D.5) Etant donné la taille du projet, il est vraisemblable que le permis de construire était en cours d'élaboration lorsque l'enquête publique sur le PLUi a eu lieu en septembre 2019. L'accord de vente entre la SOLIDEO, l'Adef et le propriétaire des parcelles a eu lieu en amont de l'enquête publique sur le PLUi ?
    D.6) Pourquoi le choix a-t'il était fait de ne pas montrer les plans de masse des futures résidences aux résidents et habitants des quartiers environnants en décembre 2019 ?
    D.7) Toujours d'après la presse (3), une des deux résidences devait être constuire "en centre ville". La rue Séverine n'est absolument pas en centre-ville (pas de commerces, 10 minutes de marche jusqu'au premier métro...). Que s'est il passé ? Pouvons-nous savoir où se situait la parcelle en centre-ville ou la résidence devait s'installer ?

    En vous remerciant par avance pour les réponses que vous apporterez, nous en sommes certains, à chacune de nos questions.

    Le collectif Landy-Cordon-Utrillo-Séverine.


    (1) https://www.paris2024.org/fr/heritage-integrite-et-transparence/
    (2) https://paris-luttes.info/nous-les-residents-du-foyer-adef-13105?lang=fr
    (3) https://www.francsjeux.com/communiques/realisation-du-village-olympique-et-paralympique-projet-de-demolition-du-foyer-adef-et-construction-de-deux-residences-sociales/54287
    78
    Déposée le 18/09/2020
    Réponse fournie
    De manière générale, le concept semble bon. Il y a quelques points qui doivent être revus. Pour être un éco-quartier, tout le quartier doit être sans voiture ou à basse vitesse. Certaines rues sont déjà comme ça, mais la rue volta, la rue des freres lumieres, la rue quinconces et la rue marcel cachin doivent etre revues et devraient probablement etre réduites au moins à des rues calmes à sens unique. Il ne semble pas y avoir de plan de circulation pour empêcher les "rat runs".

    L'infrastructure pour les vélos n'est pas suffisante, surtout en largeur.Une voie cyclable bidirectionnelle de 3 mètres juste à côté de la RD1 ne la rendra pas accessible à tous les âges, tant le trafic est dense. Il en va de même pour la piste cyclable de 1,2 mètre. (Il existe des exemples en Ile-de-France, où l'on peut en faire l'expérience et apprendre de ces erreurs).
    De même, une voie bidirectionnelle de 2,7 mètres sur un trottoir mince entraînera de nombreux conflits avec les piétons et de l'insécurité pour eux.

    Et le point le plus important est la mise en place des bandes cyclables, qui ne sont pas des infrastructures. Elles sont dangereuses pour tout le monde. Dans ce quartier, beaucoup de familles vont emménager, leurs enfants ont besoin d'une infrastructure cyclable sécurisée, afin de pouvoir l'utiliser. La rue Ampère a donc besoin de véritables pistes cyclables, y compris la place Ampère, où rien n'est prévu pour l'instant !
    77
    Déposée le 18/09/2020
    Réponse fournie
    Lors de la précédente consultation publique a été soulevée la question du relogement des habitants du foyer de migrant ADEF.
    à l'observaton 84, la SOLIDEO à répondu que le site actuel sera remplacé à terme par deux foyers:
    - une résidence en centre-ville de Saint-Ouen-sur-Seine pour une livraison prévue mi-2022 sous la maîtrise d’ouvrage de Patrimoni en charge de la conception et de la construction de cette résidence définitive;
    - une résidence dans la ZAC des Docks pour une livraison prévue fin 2022 sous la maîtrise d’ouvrage de Sequano en charge de la conception et de la construction de cette résidence définitive.Ces sites ont été choisis pour leur proximité avec les lignes de transports en commun, commerces et services de proximité offrant un confort et un cadre de vie de qualité pour les résidents.

    La résidence "en centre-ville" doit être bâtie rue Séverine, ce qui ne correspond certainement pas aux critères de proximité avec les commerces et services de proximité. Par ailleurs, on peut souligner que le quartier est déjà en grand déficit de "lieux de vie" (espaces verts, cafés, ...) Une densification supplémentaire doit impérativement s'accompagner d'aménagements (publics ou privés) pour préserver le cadre de vie des habitants.
    Or, ce que tient pour "espaces communs notamment une salle polyvalente (réponse à l'observation 13)" se limite pourtant à une petite salle polyvalente, sans aucun espace extérieur accessible.
    L'objectif d’intégration du foyer dans le quartier me parait pourtant possible, à condition d'harmoniser le projet aux spécificités du quartier, en associant au projet des habitants, ou à y réaliser des aménagements publics.

    A l'observation 80 (par exemple...) la SOLIDEO repousse toute responsabilité quant aux nouvelles résidences au titre que " le projet que vous évoquez n’est pas sous la responsabilité de la SOLIDEO et n’est pas intégré au périmètre de la ZAC Village Olympique et Paralympique".
    Or c'est bien à cause de l'organisation des JO que le foyer doit être déplacé, et ce dans l'urgence! c'est bien le moindre de suivre l'impact de ce relogement et ses conditions. Cette réponse me parait tout à fait indigne de l'objectif social porté par la SOLIDEO.

    Enfin, la SOLIDEO rejette également tout devoir de réponse sur la question du zonage des parcelles AN84 et AN94 du PLUi de plaine commune (réponse à l'obs. 21). Ce zonage réalisé en catimini hors consultation à pourtant un lien évident avec les ouvrages olympiques puisqu'elles sont destinées à la construction du foyer ADEF qu'elles permettront d'être construites en s'affranchissant d'un certain nombre de règles d'urbanisme.
    Sans crier "au complot", il est pourtant facile de penser que ce zonage à fait l'objet d'un accord état/SOLIDEO/ADEF afin de faciliter la transactions (terrain, déménagements, ...) et je vous demande d'expliquer ici les raisons de ce zonage, et pourquoi i la été réalisé or consultation. Comme le rappelait déjà l'observation 21 lors de la dernière consultation publique : il n'y a pas d'habitat insalubre sur ces parcelles et la nature du zonage est donc inexplicable autrement.
    76
    Déposée le 18/09/2020
    Réponse fournie
    Valérie Lessertisseur pour « Notre Parc N’est Pas à Vendre » collectif citoyen contre l’urbanisation de l’Aire des Vents du Parc Georges-Valbon


    Je viens de lire dans le Journal de Saint-Denis ( le JSD) que 90 arbres sont morts cet été à Saint-Denis, vraisemblablement de jeunes arbres, probablement dû à la sécheresse
    Il va falloir, si la raison l’emporte, planter, planter et planter, on le sait, ne plus couper de vieux arbres et leur offrir un environnement autre qu’une grille et du bitume.
    Extrait
    https://lejsd.com/content/90-arbres-morts-cet-été-à-saint-denis?
    fbclid=IwAR1jzRJLWb6Z6aI_LHAtF2P5fxsXfRM4xphYYuaasSz5ojTVWv8BzhIj4Sg
    « ….Avec l’existence croissante de réseaux d’enfouissement souterrains et le risque que les racines des arbres ne les détériorent, trouver un emplacement est un vrai casse-tête. D’ailleurs, « il n’est pas rare que l’on abatte des arbres pour des raisons qui tiennent à la construction », signale Ariane Gaunand, conseillant de garder un œil vigilant sur les projets d’urbanisme (JOP 2024, Grand Paris Express, etc….. »

    Le dommage écocide est déjà bien engagé depuis dix ans par la mise en oeuvre du Grand Paris. Les Jeux Olympiques n’étant qu’un accéléré du Grand Paris, le casse-tête se complexifie, le réchauffement climatique, les objectifs des différentes exigences des accords de Paris, de l’Onu etc…ne sont que contraintes pour rentabiliser un foncier. Les maires, compatissants envers les promoteurs et en parfait accord avec la vision sociétale du Grand Paris, dérogent à leur PLU ou l’adapte depuis quelques années, avec des bilans comme celui d’Aubervilliers, par exemple, où l’on a abouti au triste record de 1,3 m2 d’espaces verts par habitant.
    Nous avons peu d’arbres en ville pour ces raisons, plus on construit, moins l’on a d’arbres, les conceptions des programmes immobiliers n’intègrent presque plus la Nature au sol, les coeurs d’îlots montent aux étages comme dans ce pitoyable exemple de la Tour Emblematik de Castro-nexity du Front Populaire où deux ou trois tristes arbres se partagent un bac de 20m2, leurs cimes se heurtant au plafond de la terrasse, mais tout va bien, le coeur d’îlot est tout petit, la charge foncière au + bas et l’immeuble au + haut, Nexity annonce la couleur. Tout va bien sur Plaine Commune aussi, la moyenne d’espaces verts par habitant est de 11m2 grâce au Parc Georges-Valbon de La Courneuve, tous les habitants en détresse caniculaire et les futurs habitants du Village Olympique pourront s’y réfugier, un peu loin quand même, mais facilité par les transports.

    Si j’ai bien suivi, il y aura probablement 6000 habitants et 6000 employés sur le Village Olympique après les JO, donc il devrait, suivant les différents objectifs de l’OMS, des Accords de Paris, etc … , y être engagés 12 hectares d’espaces verts ( 10m2/habitant X 12 000 habitants résidents et résidents employés = 120 OOO m2 = 12 hectares ). Le projet n’en prévoit qu’entre 4,5 et 6 hectares. Ces objectifs sont atteignables : 12 hectares c’est possible, il suffit de baisser de 7/8 hectares la surface de bureaux, c’est vraiment possible je pense, sans mettre en péril la performance économique du territoire de Plaine Commune. Plaine Commune dans le cadre du Grand Paris a permis de construire plus de 430 hectares d’immobilier d’entreprise depuis 15/20 ans pour la performance du plus fort taux de chômage du département. Réduire l’immobilier d’entreprise de 7/8 hectares ne va donc pas impacter l’attractivité du territoire, au plus, décevoir un promoteur-investisseur, qui n’habitera pas sur place ne l’oublions pas, il ira rêver dans Central Park ( un peu + difficile avec la covid ).

    En 2020, pour les JO Paris 2024, Plaine Commune, les instances du Grand Paris, les instances des JO, becs et ongles, défendent leur vision commune : un bel héritage donc pour la population: 4/5 m2 d’espaces verts / ha sur le Village Olympique, bien en-deçà des objectifs. L’immobilier d’entreprise, à ce stade, est en concurrence directe avec les espaces verts. Si l’on comprend bien, il faudrait donc encore plus de bureaux et moins d’espaces verts par habitant sur ce morceau de ville post-olympique. 11 hectares pour des bureaux, activités tertiaires, commerces et 4,5 ha d’espaces verts !!!!
    430 hectares d’immobilier d’entreprise à ce jour sur Plaine Commune, des dizaines prévus à venir, soit 10% du territoire de Plaine Commune .
    Pour les Jeux Olympiques, l’on reste en dessous de création d’espaces verts nécessaires par habitant, de plus les JO risquent d’entériner pour la première fois de son histoire, la vente, la privatisation de 7 ha du Parc Georges-Valbon, rayer du Parc la présence des crapauds calamites du Vallon Ecologique et du site des Essences, selon l’Association «  l’Anca ». En arriver là pour 7ha de logements : grignoter, mettre en péril, le patrimoine public d’une grande valeur écologique face à une spéculation foncière et immobilière évidente. C’est inadmissible !!! RV le 27 septembre à 12h sur l’Aire des Vents pour dire
    «  NON à l’urbanisation de l’Aire des Vents «  «  Le Parc Georges-Valbon N’est Pas à Vendre » et nous y ajouterons l’information citoyenne de ce mépris
    de la Solideo à n’octroyer à la population que ces 4,5 ha sur le Village Olympique!
    https://eco.plainecommune.fr/fileadmin/user_upload/Mini_Sites/L_Espace_Eco/Acces_rapide/
    PCO_191128_DEV_BilanImmoEnt19.PDF

    Dans nos villes hyper minéralisées, les îlots de chaleur deviennent des fournaises. Les constructions anciennes, non adaptées, leur isolation insuffisante
    nous obligent à rester enfermés. Dans les constructions plus récentes, comme celles du quartier neuf du Front Populaire, les habitants ne sont pas beaucoup mieux lotis, sans aucun espace vert local puissamment végétalisé, ils en sont réduits également à rester enfermés, l’isolation étant meilleure contre le froid assurément mais non profitable en été, la condition de préservation contre la chaleur n’a d’autre recours que de laisser fermer ses fenêtres. Les mieux lotis pour obtenir
    des rafraîchissements sont ceux dont les appartements sont traversants, Dur à concrétiser dans une city-block. Le village Olympique présente exclusivement des blocks d’immeubles, des parrélipipédes, où prévalent l’angle droit, la mise au carré, la déambulation pragmatique, connectée, augmentée. Facile de s’imaginer
    la non-poésie des lieux de ce village, les courants d’airs des espaces publics extérieurs, la maigreur déconcertante de la Nature (réconfortante et utilitaire dorénavant dans nos villes ). Il suffira d’ » habilter le ciel «  ( concept Nexity ) pour avoir une vue panoramique sur la Seine et «  habiter le fleuve » ( concept Nexity).
    Bref, il risque de ne pas être « agréable » d’être au bas de ces blocks l’hiver et l’été. Le projet est inadapté à l’urgence climatique. C’est criant. Aucune végétalisation en étage ne suppléera ce déficit au ras du sol.

    Le greenwashing du projet avec sa verdure à tous les étages, n’éludera pas la faiblesse des normes de construction. Le report de la RT2020 qui incluait la contrainte du bâtiment à énergie positive a été « remplacée » par la création de la norme BBCA spéciale JO, laquelle ne concerne que le processus de construction à objectif 2030. Six ans après la livraison, cette norme sera obsolète pour les objectifs 2050 du zéro net carbone. Le Bepos pourrait ressusciter en 2025, comme par hasard.Les promoteurs-investisseurs vont servir les groupes du btp à asseoir leur vision de la «  Ville du Futur », soitent des bâtiments connectés consommateurs d’énergie, avec une promesse de gestion des données pour réguler leurs dépenses énergétiques, en omettant de préciser que ces économies seront annihilées par un futur coût financier de protection de piratage potentiel, de hacking des objets connectés, un marché juteux en cybersécurité. Les Jeux Olympiques auraient pu, au moins, inclure des bâtiments «  zéro net carbone », réalisables déjà au prix du marché, mais non ! Pas assez rentables pour les groupes du btp, lesquels préfèrent «  rouler «  pour les smart-cities adaptées aux intérêts des Gafam, privatiser les espaces publics et marchandiser les usages de l’habitat privé connectés aux usages de l’espace public.
    Pourquoi dans le permis d’aménager et donc de la description des espaces publics, cette connection entre les espaces privés ou communs des immeubles et les espaces publics n’est pas dite ? Cela concerne l’aménagement des espaces publics.

    Le «  flou » à ce stade du projet global de l’aménagement du Village Olympique sert à masquer cette donnée, à savoir que le modèle du Village Olympique
    est la smart-city sous couvert de ville durable. Les objets connectés, les lampadaires connectés impliquent une présence de terres rares, modèle non durable.
    Le modèle de la smart-city est non durable et inconséquente face à l’urgence climatique.Les espaces publics des smart-cities ne sont pas durables.

    Le permis à double état servira à la réversibilité des bâtiments, trop d’incertitudes quant au post-JO !
    Je pense qu’un nombre d’hôtels pourrait être supérieur post JO, qu’il y aura des «  aménagements « propices à la spéculation, il faut donc construire un maximum
    et allouer peu de foncier aux espaces verts.

    Le permis d’aménager ne présente pas d’aménagement pour la logistique urbaine ? Les plate-formes de livraison, les hangars logistiques, cela m’étonne ?
    Ces lieux dédiés aux exigences de la livraison du e-commerce sont absents des descriptions des espaces publics. Il s’agit bien d’un permis d’aménager des espaces publics, Ces lieux seront-ils inclus dans les périmètres des preneurs de lots ? Seront-ils exclus des espaces publics ? Sachant que le m-commerce est la clef de voûte de la conception du Grand Paris et du Grand Paris Express : l’épine dorsale, la moelle épinière digitale étant la principale projection à horizon 2035.
    Tout connecté, les transports, les gares, les halls d’immeubles, les appartements, les smart phones, les lampadaires, la voiture autonome, le drone, l’ascenseur, la plante, les espaces publics, la robotique des espaces privés. Tout cela demande des aménagements dans les espaces publics. Je m’étonne de cette absence.
    Pouvez-vous me certifier que ces infrastructures de la logistique du e-commerce ne sont pas à prendre en compte dans le permis d’aménager dans les espaces publics concernés?


    Les JO accélérateurs d’innovations pour la logistique urbaine et le BTP.
    https://www.actu-environnement.com/media/pdf/news-31981-Pacte-logistique-metropolitaine.pdf

    Les JO accélérateurs d’innovations pour la logistique urbaine et le BTP.
    https://www.apur.org/fr/nos-travaux/jeux-paris-2024-accelerateurs-innovations-durables-logistique-urbaine
    ÉTUDE
    Atlas des grandes fonctions métropolitaines – Logistique
    https://www.apur.org/fr/nos-travaux/atlas-grandes-fonctions-metropolitaines
    https://www.apur.org/fr/nos-travaux/jeux-paris-2024-accelerateurs-innovations-durables-logistique-urbaine


    « Extrait de la notice
    « L’enfouissement des lignes à haute tension vont permettre d’aménager 35 hectares sur la ville de Villeneuve-la-Garenne … ».
    C’est un héritage intéressé qui servira à encore plus densifier le secteur, à moins que ces 35 hectares soient dévolus à la création d’un Parc, pour enfin
    s’aligner sur les enjeux climatiques ou consacrés encore à de l’immobilier d’entreprise si rentable.

    Rappelons-le, 200 000 logements sont vides dans Paris.
    La bétonisation peut être raisonnée ! L’équilibre Habitat/Emploi/Environnement pourrait être établi ! Il n’en est rien -
    Les espaces verts, l’environnement sont subsidiaires !
    Le plan masse montre une insuffisance végétale, en-dessous de tout plan d’un éco-quartier du Grand Paris- C’est alarmant !

    -Pouvez- vous re-préciser pourquoi l’emprise de la tranche 3, sise à Saint-Ouen-Sous-Seine, ne fera pas l’objet d’un diagnostic archéologique
    ( conformément au courrier référencé ZA0930661800003T03 en date du 11 février 2019 )

    -Concernant l’avis de La Société du Grand Paris , dixit :«  il est à noter que les différents plans masse du permis renseignent un bâti à construire au droit de l’ouvrage d’entonnement plus étendu en phase « héritage » qu’entendu entre la SGP et la Solideo- Cette non-conformité devra être corrigée dans le cadre des demandes de permis de construire…
    Ceci concerne une convergence du tracé du grand paris express et d’une présence d’immeubles construite au-dessus, avec risques de perturbations.
    Tout ce territoire va être creusé de toutes parts, deux nappes phréatiques pourraient être puisées pour un projet géothermique, le réchauffement climatique
    met à mal les nappes phréatiques.

    Pouvez-vous dans le cadre du permis d’aménager, préciser les conséquences sur les nappes phréatiques, leurs localisations sur le périmètre
    du Village Olympique ? décrire les relations entre l’aérien et le souterrain ?

    La Prairie des Grillons est-elle statue Zone Naturelle ?
    Y-a-t-il une Zone Naturelle au coeur du Village Olympique ?
    Quels sont les statuts des espaces verts créés et ceux qui seront ré-aménagés ?

    Un coeur d’îlot d’immeuble privé est-il comptabilisé dans le nombre de M2 d’espaces verts par habitant ?



    https://www.dhcnews.com/jo-2024-geothermie-rafraichir-chauffer-village-athletes/ les nappes phréatiques 3 pompées ?

    https://www.arobiz.com/re-2020-lrimmobilier-neuf-plus-energivore-que-lrancien.html bepos


    Et les oiseaux dans tout ça ? Et les hérissons ? Et les papillons ? Et notre oxygénation ? Et notre santé ? Et l’avenir de nos enfants ?
    La réalité c’est quoi ? Des investisseurs qui ne sont pas au rendez-vous, des promoteurs-investisseurs déjà en lice qui vont par conséquence imposer leur (sur)Loi Olympique,
    des habitants historiques qui vont vivre un enfer pendant six, sept ans à terme et suffoquer pendant les travaux additionnés aux canicules.
    Mais tout va bien La Solideo organisera des visites de chantier chaque semaine aux investisseurs mondialisés intéressés par les «  prouesses » et les innovations de la ville du futur
    des champions français du Btp, si peu français quand l’on zoome sur leurs capitaux flottants. A force d’accélérer, le Grand Paris / JO risque de rester figer dans les
    starting-blocs par inadaptation climatique, vision productiviste, spéculation foncière et immobilière .

    Ce permis d’aménager révèle un mépris de la population et des générations futures par la petitesse de ses espaces consacrés à la Nature .
    Seuls les citoyens défendent à ce jour la Nature !
    Triste constat.

    Valérie Lessertisseur

  1. Ouverture du registre
    Le registre électronique est disponible à compter du vendredi 24 Juillet 2020 à 00 h 00 jusqu'au vendredi 18 Septembre 2020 à minuit.
     
  2. Recherche
    Par Mot
    Par Date de Dépôt