Vous retrouvez sur cette page l'ensemble des observations déposées sur le registre électronique.

Les propos à caractère manifestement illicite ont été rendus inaccessibles conformément à la loi n° 2004-575 du 21 juin 2004 pour la confiance dans l'économie numérique. Ils sont signalés par la mention « Cette observation a été modérée ».

Ces observations n'ont été ni altérées ni supprimées et elles ont été transmises dans leur intégralité à la commission d'enquête.

Vous disposez d'un module de recherche. Indiquez le mot recherché dans le texte des observations ou cliquez sur la date de dépôt recherchée.

Conformément à la loi du 21 juin 2004 citée ci-dessus, vous avez la possibilité de nous signaler tout propos qui vous paraitrait manifestement illicite afin que nous le rendions inaccessible le plus rapidement possible, le cas échéant.

Cliquez ici pour signaler des propos illicites :
  1. 1
  2.  2
  3.  3
  4.  >
  5.  >>
14
On note qu'une EIS (Evaluation d’Impacts sur la Santé) a été pilotée par la Ville de Paris. Les recommandations ont été intelligemment intégrées dans les mesures de compensations ou de réduction détaillées dans l’étude d’impact.

L’EIS a mis en évidence un déficit en offre de soins dans le quartier et certains problèmes de santé dominants (obésité, santé mentale).
Ces problématiques ont pu être intégrées dans le projet d’aménagement afin que des solutions soient pour partie apportées (centre de santé, terrain de sport).

Idéalement il conviendrait que l’ensemble des recommandations de l’EIS soient prises en compte.

Les projections montrent que le projet cumulera des effets positifs grâce à la programmation d’aménagements le long du périphérique, aux réhabilitation et aux constructions de nouveaux logements, au mur anti-bruit et des effets négatifs via les émissions de polluants liés au trafic et les pollutions localisées en façades de périphérique.
Afin de limiter les incidences négatives, des mesures de réduction telles que les mobilités douces, l’utilisation de matériaux de construction et de décorations faiblement émissifs en Composés Organiques Volatils, la mise en place de systèmes performants de ventilation... sont bien détaillées.
Par ailleurs, un suivi de la qualité de l’air à l’intérieur des bâtiments tous les 5 ans devrait être mis en place.

Les différentes actions envisagées (récupération de la chaleur énergétique des eaux usées pour les besoins du quartier, valorisation du réseau parisien d’eau non potable…) devraient permettre de maîtriser la consommation d’eau.
Le zonage pluvial de la Ville de Paris, en cours d’adoption, prévoit les mesures permettant une gestion différenciée des eaux pluviales et doit permettre d’améliorer la prise en charge de l’eau pluviale dans le secteur.

Les études réalisées sur le bruit ont permis d’identifier les différentes sources (augmentation du trafic en heures de pointe sur le boulevard des Maréchaux, importantes circulations automobiles relevées aux abords du site), de modéliser leur évolution et d’adapter l’aménagement intérieur des logements (orientation des pièces, choix des matériaux de construction) et de programmer des aménagements extérieurs particuliers (zones clames) au sein de la ZAC. On peut donc voir dans ce dossier que la problématique des nuisances sonores est bien appréhendée.

La charte chantier de la Ville de Paris définissant les mesures à adopter telles que la réalisation de diagnostics amiante, plomb et environnemental, la gestion des déplacements de terres, la production des déchets, le recyclage de terres, la prise en compte des nuisances sonores doit être signée dans le cadre de ce projet. Elle a tout son sens afin de prendre les précautions permettant de limiter les impacts du chantier sur l’environnement et les riverains


Globalement, les principaux enjeux identifiés dans le cadre de l’évaluation environnementale sont les suivants :
- les nuisances sonores,
- la pollution de l’air,
- la pollution des sols,

Les études fournies ont permis d’identifier les points pouvant avoir un impact négatif sur les futurs occupants et les riverains du quartier et de programmer des moyens permettant de les limiter.

En revanche, aucune étude complète des sols avec campagnes d’analyses n’a encore été réalisée, alors même qu’un projet d’équipement de la petite enfance est prévu et que des jardins collectifs/publics sont envisagés.

Ce projet est positif et met en évidence au vu de l'ensemble des études réalisés le travail collectif de ville de Paris.
Déposée le 02/08/2019
13
La problématique =
1. L'amélioration du cadre de vie prévue dans le projet est largement insuffisante avec notamment la construction de logements neufs à moins de 60m du périphérique.
2. La revente de la partie privée à des promoteurs donnera la part belle à la spéculation immobilière et rendra encore un peu plus hostile aux populations les moins favorisées le marché immobilier parisien.
3. Pas de concertation avec les habitant.es sur les infrastructures sportives et notamment la disparition d'une piste d'athlétisme.

Besoins exprimés par les habitant.es / association du quartier (recueil non représentatif) =
- Refaire les immeubles / logements neufs
- Des infrastructures sportives adaptées et accessibles
- Amélioration de l'animation du quartier
- Décloisonner la cité
- Bruit du périphérique

Propositions =
Cadre de vie et environnement :
- Reconstruire le long de la rue Louis Lumière à +100m du périphérique.
- Solutionner les problèmes de bruits et d'accessibilité dans les 3 tours conservées.
Contre la spéculation immobilière :
- L'Office Foncier Solidaire doit récupérer le parc privé sous forme de BRS (Baux Réels Solidaires).
Pour l'inclusion et le sport dans nos quartiers :
- Procéder à une étude et un vote par les habitant.es du quartier sur le besoin d'infrastructures sportives.
Déposée le 02/08/2019
12
Bonjour,

Voir fichier word ci-joint.

Cordialement,
Déposée le 02/08/2019
11
La santé des personnes repose très majoritairement sur des facteurs extérieurs à l’offre de soins comme l’alimentation, l’activité physique, l’éducation, l’emploi, l’habitat, l’accès aux transports ou encore l’organisation d’un quartier.

Ainsi, de nombreuses politiques publiques portées par l’Etat, les établissements publics et les collectivités locales ou des acteurs privés ont une incidence sur la santé et le bien-être des populations. Alors qu’il est primordial d’agir sur l’ensemble de ces déterminants de santé, c’est-à-dire tout ce qui influence la santé, la mobilisation de toutes les politiques publiques est indispensable.

Aussi, au cœur de chaque projet ou politique, il est possible de mobiliser différents acteurs en faveur de la santé, pour rappel une ressource permettant à chacun de se réaliser au cœur de sociétés prospères. Cette mobilisation suppose un travail intersectoriel, travail extrêmement challengeant.

L’Agence Régionale de Santé d’Île de France fait la promotion de politiques favorables à la santé au travers de plusieurs démarches dont l’Evaluation de l’Impact sur la Santé (EIS) depuis plusieurs années. Pour l’élaboration de projets d’aménagement, elle encourage l’approche d’un urbanisme favorable à la santé, selon les principes mis en lumière par l’Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique entre autres.

Le projet urbain « Les Portes du XXème » a fait l’objet d’une EIS afin d’intégrer une vraie prise en compte de la santé au cœur de l’élaboration du projet (et pas seulement l’accès aux soins). La démarche mise en œuvre à Paris, soutenue par l’ARS, a permis un travail intersectoriel fin entre différents services de la ville dont santé environnement, urbanisme et politique de la ville. La collaboration a conduit à la formulation d’une centaine de recommandations relatives notamment à l’activité physique, l’alimentation, la sécurité, l’accès aux soins, la cohésion sociale etc. ; approuvées et en cours de mise en exécution.

Avec cette démarche, le potentiel du projet urbain a été maximisé. L’Agence a salué la réalisation de l’EIS de Paris Porte du XXème qui a démontré comment la connaissance combinée du territoire et des besoins de la population à une dynamique intersectorielle pouvaient mener à un projet urbain protecteur de la santé et favorisant la qualité de vie dans des secteurs géographiques très contraints. De telles démarches devraient se poursuivre à Paris et dans la région (en Île de France, voir notamment l’EIS du projet d’aménagement des Groues menée par Paris la Défense et achevée en juillet 2019).

Pour finir, l’Agence recommande l’adoption des principes de l’urbanisme favorable à la santé pour tout projet urbain, ainsi que l’encourage également le haut conseil de santé publique dans son rapport : « Pour une meilleure intégration de la santé dans les documents de planification territoriale », paru en avril 2018.


Repères : comprendre l’EIS
L’EIS est une évaluation ex ante permettant d’analyser les impacts potentiels d’un projet sur la santé et l’équité. Pour ce faire, l’EIS tente d’identifier au travers des informations issues du projet, de la connaissance des informateurs clés et de l’expertise d’usage des habitants, les effets du projet sur ce qui détermine la santé. L’analyse finale démontre des effets différentiels selon le profil de groupes de population bénéficiaires du projet et conduit à la co-construction de recommandations susceptibles d’atténuer des effets négatifs identifiés et également accentuer des effets possiblement positifs du projet. Ces impacts différentiés permettent de traiter la question des écarts entre groupes et conduisent à l’émission de recommandations permettant à chaque habitant usager concerné de profiter du renouveau induit par le projet. L’EIS peut être menée sur toutes sortes de projets ou politiques.


Repères : qu’est-ce que l’urbanisme favorable à la santé
Démarche d’accompagnement à l’élaboration d’un projet urbain pour des villes saines selon huit principes, en se basant sur les bonnes pratiques à adapter au profil du territoire et sa population :

1. Réduire les émissions et expositions aux polluants, risques et nuisances
2. Promouvoir des modes de vie favorables à la santé, notamment activité physique et alimentation
3. Favoriser la cohésion sociale et le bien-être des habitants
4. Permettre l’accès aux soins et aux services socio sanitaires
5. Réduire les inégalités sociales et environnementales de santé entre les différents groupes socio-économiques et prêter attention aux personnes vulnérables
6. Soulever et gérer les antagonismes entre les différentes politiques
7. Mettre en place des stratégies favorisant l’intersectorialité et l’implication de l’ensemble des acteurs concernés dont les citoyens habitants
8. Penser un projet adaptable, prendre en compte l’évolution des modes de vie


Déposée le 02/08/2019
10
Bonjour,

J’habite dans le quartier depuis maintenant 3ans. Ce que j’ai pu observer:

- Le manque d’hygiène et de propreté des lieux. La quantité de déchets présents sur le sol est assez choquante.

- Beaucoup de gens qui « zonent », vendeurs à la sauvette… de cigarettes sont présents tous les jours...

- la circulation est dangereuse sur le rond-point et ses alentours. Les gens roulent très vite. Le stationnement est sauvage aucun respect des places. Du double voir triple file. Et je ne parle pas même pas de jour de marché.

- le parking quand il n’y a pas marché quand il n’y a pas de marché des voitures avec la vitre cassée, la prostitution le soir, l’odeur d’urine, les rats et tout ce qui va avec.

- Le marché aux puces qui se trouvent à Paris 20eme mais qui est subit par les habitants de Montreuil et Bagnolet. Ce type de marché n’a plus sa place en 2019. Les déchets qui y sont laissés sont choquants cela devrait être interdit. Les puciers présents au niveau du rond-point ne vendent que des produits neufs et peu de seconde main.

J’ai réfléchit à pas mal d’idées sur son amélioration:
* interdire les produits neufs
* mettre en place des stands d’artisanats
* profiter de l’espace pour mettre en place des événements. Pour que le lieu soit plus convivial et familiale. (Ex food market, salon, activités culturelles)
* faire en sorte que l’espace soit utiliser du Lundi au Dimanche.
* comme exemple le Borough market de Londres serait l’exemple parfait.

Je trouve qu’il y aurait de très belles choses à faire pour embellir ce quartier, et créer également de l’emploi. Cinema, salle de sport, espaces verts, piste cyclable. J’espère vraiment que vous allez prendre en compte nos observations. Je suis même intéressée à y prendre part et émettre des idées si cela est possible.

Déposée le 01/08/2019